VANNES : AU KIOSQUE : EXPO SABINE WEISS, UNE VIE DE PHOTOGRAPHE

Share

Attention ! Il ne reste que quelques jours (exactement jusqu’au 6 septembre) pour découvrir la magnifique exposition: »

Sabine Weiss, une vie de photographe » Au Kiosque, rive droite du Port- Vannes.

 SABINE WEISS

Dernière représentante de l’école humaniste, incarnée par Robert Doisneau, Willy Ronis, Édouard Boubat ou Brassaï, Sabine Weiss, née en 1924, occupe une place unique au sein de la photographie française. Pendant près de soixante-dix-ans, elle a exploré une grande variété de domaines, du reportage au portrait et de la mode à la publicité, en parallèle d’essais plus personnels.
Au fil de ses multiples pérégrinations, elle a œuvré pour la presse illustrée française et internationale, avec une passion jamais démentie et une curiosité insatiable.
Toujours en activité à plus de 90 ans, Sabine Weiss livre un témoignage sur sa vie de photographe à travers une exposition présentant quelques jalons de son long parcours.

Cette exposition rétrospective de l’œuvre de Sabine Weiss fait suite à celle de 2014 lors du Festival Photo de Mer.

Sous le commissariat de Virginie Chardin, historienne de la photographie. Cette exposition retrace le parcours artistique de Sabine Weiss à travers 7 thèmes emblématiques du travail de la photographe : Paris, les États-Unis, Enfances, l’Europe, la Mode, Portraits d’artistes et Solitudes. En complément de l’exposition, une sélection de photographies sur la Bretagne des années 50 par Sabine Weiss sera présentée en grands formats à l’extérieur à côté du Kiosque.

 LA BRETAGNE DES ANNES 50

Une plongée dans ces quelques moments uniques du passé mêlant scène de rue, jeunes mariés, brodeurs et brodeuses, lavandières ou peintre du dimanche. Sabine Weiss s’est rendue en Bretagne à plusieurs reprises dans les années 50. Pour son plaisir mais aussi pour le magazine Vogue qui l’avait envoyée en reportage photographier un mariage breton. De l’habillage de la mariée en toute intimité au défilé des nouveaux époux avec famille et invités sur fond de cornemuses en pleine nature, ces photographies dormaient jusqu’alors dans des boîtes. Ces photographies grands formats ont ainsi été rigoureusement choisies pour être présentées en extérieur. Les gestes, costumes, cérémonies qui nous semblent aujourd’hui relever du folklore étaient alors bien une réalité.

L’interview de Sabine WEISS, au micro de Stéphane Coyote :

Share