TOURISME : SETUBAL (Portugal) : un parfum de Méditerranée sur la côte atlantique

Share
vue de la baie depuis la forteresse Philippe.

Arrivé à l’aéroport de Lisbonne, vous empruntez le très long pont Vasco de Gama (*) qui enjambe le Tage et à peine avez-vous aperçu les flamands roses puis les chênes liège à moitié déshabillés, que vous arrivez face à la magnifique baie de Setubal.

Ici c’est le Portugal d’hier et de demain qui se chevauchent.

La beauté du site naturel apparaît d’emblée avec en arrière-plan les hauteurs de la chaîne côtière d’Arrabida.

plage de Setubal.

Le potentiel de cette ville agréable et en pleine mutation, la volonté des édiles locaux de s’affirmer comme une véritable destination font que l’on sent qu’il s’y passe quelque chose en son tréfonds. C’est trop tranquille pour rester figé !

Bien sûr le territoire est une ancienne terre volcanique, mais le tremblement de terre y est ici tout autre. C’est à la métamorphose de la cité à laquelle nous assistons.

Très affectée par la disparition de la pêche à la sardine, la cité a vécu ce traumatisme comme dans un état comateux. Et puis, peu à peu, réchauffée par le soleil ambiant, elle s’est secouée, réveillée et pour se métamorphoser sous nos yeux ébahis en une jolie chrysalide.

Inutile de dire que l’adhésion aux plus belles baies du monde a dû contribuer à réveiller un sentiment de fierté jusque-là enfoui et donner un supplément d’âme qui a permis d’enjamber nombre de difficultés.

Aujourd’hui la cité s’est considérablement transformée et c’est pas fini… Car, le succès appelle le succès et les projets s’enchaînent.

Bien que les Portugais restent des gens discrets, l’ambiance révèle comme une sérénité apaisée. Une douce confiance en un futur à nouveau riche de promesses.

Maison de la baie de Setubal.

Bien sûr, la baie avec le Parc national d’Arrabida et ses plages fantastiques d’un côté, l’embouchure du Sado et ses marais aux oiseaux de l’autre et juste en face le tombolo de Troia, avec ses 40 kilomètres de plages de sable fin, constitue un écrin unique.

La confiance semble ainsi de mise et ce n’est probablement pas par hasard qu’en l’espace de quelques années plus de 1000 français ont décidé de s’y installer définitivement.

Les étrangers rachètent de vieilles demeures et les rénovent tour à tour pour former de ci de là des petites places ou des ruelles colorées toutes aussi charmantes les unes que les autres.

Un conseil, Setubal c’est maintenant qu’il faut y aller si vous désirez voir le potentiel pour éventuellement y investir. Dans trois, quatre ans ce sera trop tard. La place sera définitivement prise.

Et ce seront d’autres bienheureux qui bénéficieront du paysage et de pouvoir saluer la fidèle colonie de dauphins qui eux y ont trouvé le lieu idéal pour vivre depuis des générations.

le dauphin emblème de la baie de Setubal.

Bruno BODARD

 

(*)Le pont Vasco da Gama est un viaduc continu qui franchit l’estuaire du Tage en sa partie large, au nord de Lisbonne sur une distance de 12,3 km. Sa longueur hors-tout de plus de 17 km en fait le deuxième plus grand d’Europe.

Share