TOURISME : La baie d’Eilat, la promesse d’une belle rencontre.

Share

La nouvelle ligne aérienne entre Nantes et Tel Aviv offre une possibilité d’allier toute l’année soleil, mer et détente. Après un bain de culture à Jérusalem je conseille un plongeon dans la mer rouge à Eilat.

L’atmosphère est véritablement propice au farniente mais un farniente intelligent.

D’abord, tout est fait pour se sentir à l’aise mais en plus, tout y est bien organisé.

C’est ainsi qu’ayant un peu de temps libre, je me suis vu proposé gracieusement par l’Office de Tourisme, un trek autour du Mont Tsefahot.

De là-haut, la vue est impressionnante, sur la mer rouge bien sûr, mais on distingue également et très clairement 4 frontières en même temps ce qui doit être rarissime de par le monde: à gauche et en bas Israël, en face la Jordanie et Aqaba, à droite et en face l’Arabie Saoudite et complètement sur la droite, sur la même rive, l’Egypte. C’est peu dire qu’il s’agit d’un lieu de confluence. D’ailleurs on cite ce carrefour aux confins de la mer rouge depuis des temps biblique.

Après la descente à pied jusqu’à la mer, une plongée s’impose, d’abord pour se reposer de l’effort, mais surtout pour admirer les coraux et tous ces poissons multicolores qui festoient autour. Mais, à mon avis, le spectacle est encore plus impressionnant en se rendant à l’observatoire sous-marin. Après avoir descendu un escalier en colimaçon, se découvre une pièce ronde cernée de fenêtres et c’est l’éblouissement. Chacun collé à une vitre peut voir une vie sous-marine naturelle extraordinaire.

C’est comme un chef-d’œuvre de Cousteau qui se déroule sous nos yeux. Le monde du silence qui s’offre en vrai.

Plus près du centre-ville, autre attraction géniale, la nage avec les dauphins.

Ces derniers disposent d’un territoire assez grand et pourtant, sans doute par curiosité, viennent facilement voir les plongeurs. Un conseil, si vous souhaitez prendre un jour un cours de plongée, c’est là qu’il faut le faire. Il n’est pas possible de toucher les cétacés, mais c’est assez de les observer quasiment nez à nez.

Comment se remettre d’une telle journée?

Peut-être en allant prendre un verre dans l’un des bars le long des plages… Ou mieux encore en allant assister à une représentation théâtrale dans un kibboutz.

En l’occurrence la pièce que j’ai vue est « Irma » de Garcia Lorca. Que j’ai vu, non à laquelle j’ai plutôt participée, tant la démarche est surprenante.

En effet, les artistes, éclairés par des torches électriques se déplacent et jouent au milieu du public comme pour le prendre à partie. Tout le petit groupe se déplace ainsi, allant d’une maison jusqu’à un chemin ou encore à une entrée de jardin.

La mise en scène est saisissante et le jeu de l’école d’art dramatique de Tel Aviv époustouflant. Une expérience rare. Un écouteur portatif est donné pour la traduction simultanée.

Partout on entend parler français, donc pas d’inquiétude pour se faire comprendre.

En l’occurrence pour la plupart, ce sont des juifs qui viennent en vacances à Eilat, et certains même pour s’y installer définitivement. C’est ce qu’on appelle faire la « Alya », la montée en terre sainte.

J’ai rencontré ainsi des Français qui ont décidé récemment de venir vivre définitivement à Eilat avec leurs familles et de tout quitter en France. Ils avaient l’air heureux d’avoir fait ce choix si crucial. C’est comme si, après s’être lancé un défi ils étaient à présent convaincus que c’était ce qu’ils devaient faire et qu’ils ont eu raison.

Autrement, dans la rue il est assez facile d’aborder les gens qui se montrent en retour très curieux envers vous. Par contre, il est nécessaire de maîtriser l’anglais pour créer un véritable échange.

L’impression générale qui domine et transpire de par la population croisée, est une sorte de sérénité et pour parodier un ancien président une « force tranquille ».

Après avoir passé plusieurs années dans l’armée, tant les garçons que les filles, ils donnent l’impression qu’ils n’ont pas besoin d’en rajouter. La sécurité de l’état d’Israël prime. De fait, on se sent également en sécurité.

Les Israéliens sont éduqués jeunes aux valeurs de leur religion et à la primauté du peuple juif. C’est ainsi que j’ai vu des groupes de lycéens découvrir pendant 3 jours la région alors que ceux du sud partaient à leur tour en camp vers le nord du pays.

Avec un peu d’empathie, ce pays et cette baie, sauront vous charmer et vous donner l’occasion de réfléchir à la beauté et la fragilité de notre monde, tout en étant allongé sur un transat.

Alors Yallah… Ce qui signifie en hébreu : on y va…

Bruno BODARD

Share