LIVRES-ET-NOUS : « LA PAPETERIE TSUBAKI » d’ITO OGAWA

Share

Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres.
Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.

Et c’est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre des réconciliations inattendues.

Un livre à découvrir sans tarder pour éprouver une agréable fraîcheur. Est-ce dû à l’atmosphère japonaise feutrée avec sa poésie ? Chacun y verra la beauté.

Il y a des livres qui semblent vous attendre, ils sommeillent en vous, et en tournant la première page, c’est l’évidence: ils sont faits pour vous. Ils apaisent, adoucissent les peines, ensoleillent le coeur, vous ouvrent au monde!

ITO OGAWA :

Née en 1973, Ogawa Ito, écrivaine japonaise, est auteur de livres pour enfants, elle écrit également des chansons pour le groupe de musique Fairlife.

«  Le Restaurant de l’amour retrouvé », son premier roman, est un bestseller au Japon qui a été adapté au cinéma en 2010 par la réalisatrice Mai Tominaga.

Share