CULTURE-Les 2 et 3 juin, en France et en Europe : RENDEZ-VOUS AUX JARDINS.

Share

Chaque premier week-end de juin, depuis quinze ans, le ministère de la Culture donne « Rendez-vous aux jardins » à tous les Français.

Le patrimoine qui fait notre fierté, qui fait la richesse de notre culture n’est pas seulement le patrimoine bâti : ce sont aussi les parcs, les jardins, les sites naturels qui dessinent notre pays.  Cette année, pour la première fois, cette grande fête est un événement européen. L’année 2018 ayant été consacrée « Année européenne du patrimoine culturel », l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Croatie, l’Estonie, la Hongrie, la Pologne, la Slovénie, l’Irlande, la Lituanie, les Pays-Bas, la Slovaquie, Monaco ainsi que plusieurs régions transfrontalières, dont la Wallonie (Belgique) et le canton de Vaud (Suisse) ont choisi de s’associer à la France pour organiser des Rendez-vous aux jardins.

À travers toute l’Europe, des parcs, des espaces verts historiques et contemporains seront donc ouverts les 1er, 2 et 3 juin prochains. Une occasion unique pour les publics de découvrir ou redécouvrir l’art des jardins européens : jardins « à l’italienne », « à la française », à « l’anglaise », ou « hispano-mauresque » …

Une occasion unique de traverser certains parcs et jardins fermés le reste de l’année, et qui ouvriront à titre exceptionnel. Une occasion unique de découvrir sous un nouveau visage d’autres jardins, ouverts toute l’année, mais qui proposeront des animations et des activités spéciales le temps de ce week-end : visites guidées, concerts, spectacles, expositions, conférences, visites nocturnes…

En France, plus de 2500 jardins ouvriront leurs portes sur l’ensemble du territoire métropolitain et en Outre-mer. La journée du vendredi 1er juin sera dédiée aux publics scolaires.

Les jardins ont toujours été au cœur du patrimoine partagé par les Européens.

Depuis la Renaissance, les traités d’art des jardins, les plans, les modèles de parterres, les gravures et autres images circulent dans toute l’Europe. Les traités sont traduits dans de nombreuses langues et réédités fréquemment.

Au XVIIIe siècle, comme les architectes ou les peintres, les créateurs de jardins et les jardiniers exécutaient leur « Grand Tour ». Ils voyageaient d’Angleterre en Grèce, voire jusqu’en Turquie, en passant par la France, la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie pour visiter les monuments antiques ou baroques et les jardins des grandes demeures royales ou princières, et échanger savoirs et savoir-faire.

Aujourd’hui encore botanistes et herbiers participent à des réseaux européens et mondiaux.

Le développement du tourisme a beaucoup œuvré pour l’Europe des jardins. Des réseaux touristiques comme EGHN (European Garden Heritage Network) met en réseau, depuis une quinzaine d’années, près de 200 parcs et jardins dans 14 pays d’Europe.

Share