ACTU-REGIONALES-69: VANNES:CONFERENCE DE BERNARD WERBER

Share

Auditorium des Carmes à Vannes, le 21 février 2018: Conférence de Bernard Werber proposée par la librairie Cheminant

ACTU-REGIONALES-69-BERNARD-WERBER-A-VANNES -2

Présenté par Gilles Tranchant comme le Jules Verne du XXIe siècle, le libraire a salué la longévité de l’auteur, phénomène pas si courant que cela,  qui peut-être trouve son origine dans l’aisance de l’auteur à aborder plusieurs genres avec le même succès.

Bernard Werber a parlé littérature, science et spiritualité. Il  a aussi parlé d’intelligence donc de curiosité.

Il évoque son parcours avec beaucoup d’humour. Sa première rédaction libre, sans doute l’étincelle de sa vocation de conteur. L’anecdote concerne un premier écrit, rédigé à l’âge de 8 ans, racontant l’épopée d’une puce escaladant un corps humain, son professeur adhère et l’encourage, seul petit bémol lui précisera l’enseignante, la puce n’est pas l’enfant d’un puceau et d’une pucelle.

(voilà pour l’origine des fourmis).

Il évoque aussi l’acharnement thérapeutique des médecins subit par son grand-père, qui l’interpelle sur le thème de la mort et l’après. De cette interrogation naîtra plus tard les « Thanatonautes », roman à la limite de l’ésotérisme,  qui prendra un certain temps avant de trouver ses lecteurs *, puis suivra « l’empire des anges ». Le dernier roman « Depuis l’au-delà » est pour l’auteur un nouveau volet sur ce thème. De ses études de droit il retient un adage qui ne lui correspond en rien « le droit c’est du mensonge et de la séduction ». Ce que le jeune Werber souhaite c’est lier ses deux passions la littérature et la science. Après des études en criminologie et une école de journalisme, il devient l’un des 2 journalistes scientifiques du Nouvel Observateur. Sept ans d’articles et de reportages dans un monde où il craint de se perdre. Les déceptions sont au rendez-vous, d’un énorme travail d’investigation sur la mort on lui préférera…la mode.

Par chance il connaît son talent et le sert depuis. Son histoire c’est 27 ans d’écriture, un roman par an et des millions d’exemplaires vendus dans le monde entier.

Dans ce voyage exceptionnel d’écrivain il y a aussi des rencontres. Parmi les plus marquantes celle avec un medium devenue son amie Monique Parent Baccan* qui lui révèle ses vies antérieures et la présence d’un ange personnel qu’il évoque avec amusement. Ou encore Patricia Darré et ses expériences étonnantes. L’auteur ne juge pas , il absorbe tous les possibles, s’en délecte et s’en nourrit. Il vit ses romans, ses personnages le côtoient. L’expérience de la curiosité et du savoir se poursuit dans l’écriture.

Après presque une 1h30 de « conférence-confidences » le jeu des questions.

ACTU-REGIONALES-69-BERNARD-WERBER-A-VANNES- 3

On retiendra celle d’un jeune auditeur décidé à s’engager dans la voie de l’écriture et qui pose la question « faut-il écrire dans la douleur ou dans la joie ? ».

Ne se départant pas de son humour l’écrivain évoque quelques auteurs et journalistes prenant un certain plaisir dans la souffrance. Il avoue quant à lui trouver dans l’écriture de la joie voire de la jubilation. Il ajoute une dernière anecdote concernant l’écriture des « Thanatonautes », rédigé en quasi état de transe, casque sur la tête, volume à fond, écoutant Faust.

Il termine sur un dernier conseil « Trouver votre talent et réaliser vous en le pratiquant »

 Le talent de Bernard Werber « conteur sincère et généreux »

*(Il a fait son chemin depuis avec 1 million d’exemplaires vendus à ce jour)

* aujourd’hui décédée

À REVOIR :

MALIKA BOULAIS

Share